Actualités R.D.CONGO - Monde

23/02/2024
ACP Congo

Massacres au Congo : des politiciens belges d’origine congolaise exigent un Tribunal pénal

Bruxelles, 22 février 2024 (ACP).- Le collectif des élus et mandataires belges d’origine congolaise a exigé, dans une déclaration jeudi, la création d’un Tribunal pénal international sur les massacres commis en République démocratique du Congo, à l’issue d’une conférence de presse tenue à Bruxelles. « Nous invitons les pays de la communauté internationale à reconnaître enfin qu’un génocide est en cours de perpétration en RDC depuis des années, et exigeons haut et fort la création d’un Tribunal pénal international, en vue de juger les seigneurs de guerre, de mettre fin à l’impunité et de réparer les préjudices causés par toutes ces atrocités », a déclaré le collectif. Ces politiciens d’origine congolaise se sont réunis pour la première fois, sans distinction de tendance politique, en vue de « dénoncer la guerre menée par le Rwanda en RDC à travers le mouvement terroriste M23 », craignant que la poursuite de l’escalade dans la partie-Est de la RDC n’entraîne un risque aggravé de régionalisation du conflit.
Ainsi, ces responsables politiques, hommes et femmes, ont décidé de parler d’une seule voix et d’interpeler la communauté internationale et la Belgique « face à leur silence assourdissant » sur les atrocités commises, et face au double jeu de ceux qui disent condamner l’agression de la RDC par le Rwanda et en même temps adhèrent au mensonge de Kigali sur une collaboration supposée, mais jamais étayée, entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et les rebelles rwandais du FDLR. Ils ont dénoncé toute tentative de manipulation à ce sujet et recommandé la mise sur pied d’une commission d’enquête, sous l’égide de l’ONU, pour faire toute la lumière sur la question, avant de s’insurger contre le partenariat conclu le 17 février dernier par l’Union européenne et le Rwanda en vue d’une chaîne de valeurs sur les minerais stratégiques volés en République démocratique du Congo. « Nous appelons les États-Unis, l’Union européenne et la Belgique à plus de fermeté envers le Rwanda, à des mesures punitives ainsi que des sanctions administratives, politiques, diplomatiques, économiques et financières, mais aussi à l’exhumation et la mise en application du Rapport Mapping, en vue d’obliger le Rwanda à retirer ses doigts du Congo », ont-ils affirmé. La rencontre s’est tenue dans une salle archicomble, avec plus d’une vingtaine d’élus et mandataires d’origine congolaise, parmi lesquels des députés dont Pierre Kompany et Nicole Bomele, des échevins comme Lydia Mutyebele, Dorah Ilunga et Jacob Kamuanga. Parmi les conseillers communaux on a remarqué notamment la présence de Gisèle Mandaila, Mauricette Cinkungu, Laetitia Kalimbirito, Laurent Mutambay et Sylvie Mbombo. ACP/ ODM
Voir l'article
23/02/2024
ACP Congo

Marathon diplomatique: l’ambassadeur de la RDC au Benelux reçu au Parlement européen

Marathon diplomatique : l’ambassadeur de la RDC au Benelux reçu au Parlement européen février 22, 2024 Bruxelles, 22 février 2024 (ACP).– Les manifestations à Kinshasa, en République démocratique du Congo, contre les chancelleries occidentales et la Monusco ont été évoquées, mercredi soir à Bruxelles, lors d’une rencontre entre l’ambassadeur congolais au Benelux et les membres de la sous-commission Affaires étrangères du Parlement européen, puis de l’European external action service (EEAS). L’ambassadeur Christian Ndongala Nkuku a rassuré les partenaires européens de la RDC par rapport à ces événements qui avaient un caractère spontané mais que sur l’heure, la situation était sous contrôle des forces de sécurité congolaises, tant pour l’ensemble du personnel diplomatique accrédité en RDC, qu’en ce qui concerne leurs biens en vertu des dispositions de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Au cours de ces manifestations, les Congolais ont exprimé leur ras-le-bol  devant « la passivité de la communauté internationale », face à l’agression dont la RDC est victime de la part du Rwanda et aux souffrances injustes des populations congolaises dans l’Est du pays. Sur le terrain militaire, a expliqué le représentant de la RDC, la situation reste tendue notamment dans le Nord-Kivu, où l’on signale de violents combats aux alentours de la ville de Goma, entre l’armée congolaise et le mouvement terroriste M23 appuyé par l’armée rwandaise. Rencontre avec les membres de l’EEAS Le diplomate a assuré ses interlocuteurs que le Président Félix Tshisekedi n’a pas fermé toutes les portes au dialogue, « mais pas à n’importe quel prix et non sans conditions », en soulignant que cette question est encadrée par les processus de Luanda et de Nairobi dont les termes de référence sont connus de tous et n’ont jamais eu un début d’application par le Rwanda, un protagoniste majeur de la crise sécuritaire dans l’Est du pays, qui les a pourtant ratifiés solennellement. L’ambassadeur congolais a insisté sur le fait que le règlement de ce conflit par la voie diplomatique avec le Rwanda reste valable, mais tant que les troupes rwandaises se trouveront sur le sol de la RDC, aucune négociation ne sera possible. Il a invité ses interlocuteurs à clarifier la position politique rwandaise de l’Union européenne qui est devenue « illisible » par un double langage. Il a indiqué que son pays attend de la communauté internationale « plus que les condamnations sans lendemain », mais plutôt des sanctions fermes comme on en voit ailleurs, pour faire plier l’agresseur formellement identifié, en l’occurrence le Rwanda. Dénonciation du protocole UE-Rwanda L’ambassadeur Christian Ndongala a également dénoncé le protocole d’accord signé entre l’Union européenne et le Rwanda sur les chaines de valeur durables pour les matières premières. Il a indiqué que différents rapports des experts des Nations unies reconnaissent que ces minerais de sang sont pour la plupart, sinon tous, extraits des carrières d’exploitation se trouvant en RDC et acheminés en contrebande au Rwanda. Il s’est alors interrogé sur la pertinence du message que voudrait transmettre l’Union européenne aux différents protagonistes sur ces faits. Concernant la protection des populations tutsies de la RDC, M. Ndongala a fait remarquer qu’il ne revenait pas au Rwanda de garantir la sécurité des populations qui ne vivent pas sur son territoire. « C’est une rengaine du Rwanda pour justifier sa présence sur le sol congolais et de ce fait se livrer au pillage des ressources minérales de la RDC », a-t-il expliqué, s’inscrivant ainsi en faux contre le prétendu soutien de la RDC aux FDLR. ACP/
Voir l'article
22/01/2024
Cabinet du Président de la République Service Personnel La Cellule Communication

DISCOURS D’INVESTITURE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Stade des Martyrs de la Pentecôte, le 20 janvier 2024

Excellence Monsieur Emmerson MNANGAGWA, Président de la République du Zimbabwe ; Excellence Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, Président de la République du Congo ; Excellence Monsieur Matamela Cyril RAMAPHOSA, Président de la République d’Afrique du Sud ; Excellence Monsieur João Manuel Gonçalves LOURENÇO, Président de la République d’Angola ; Excellence Monsieur Evariste NDAYISHIMIYE, Président de la République du Burundi ; Excellence Monsieur Faustin Archange TOUADERA, Président de la République Centrafricaine ; Excellence Monsieur Ismaël Omar GUELLEH, Président de la République de Djibouti ; Excellence Monsieur Brice OLIGUI NGUEMA, Président de la République gabonaise ; Excellence Monsieur Adama BARROW, Président de la République de Gambie ; Excellence Monsieur Nana AKUFO ADDO, Président de la République du Ghana ; Excellence Monsieur Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée-Bissau ; Excellence Monsieur William Samoei RUTO, Président de la République du Kenya ; Excellence Monsieur Lazarus CHAKWERA, Président de la République du Malawi ; Excellence Monsieur Carlos VILA NOVA, Président de la République démocratique de São Tomé-et-Principe ; Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal ; Excellence Monsieur Mahamat Idriss DEBY ITNO, Président de la République du Tchad ; Excellence Monsieur Hakainde HICHILEMA, Président de la République de Zambie ; Excellence Monsieur Uhuru KENYATTA, Président honoraire de la République du Kenya ; Excellence Monsieur Hery RAJAONARIMAMPIANINA, Président honoraire de la République de Madagascar ; Excellence Monsieur Jakaya KIKWETE, Président honoraire de la République Unie de Tanzanie ; Excellence Monsieur Olusegun OBASANJO, Président honoraire de la République Fédérale du Nigéria ; Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants des Chefs d’État et de Gouvernement ; Honorable Président de l’Assemblée Nationale ; Honorable Président du Sénat ; Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ; Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle ; Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation ; Madame la Première Présidente du Conseil d’État ; Honorables Députés et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et Représentants des Organisations du Système des Nations Unies, Mesdames et Messieurs les Présidents des regroupements et partis politiques ; Mesdames et Messieurs les représentants des organisations syndicales  et Confessions religieuses ; Autorités locales et coutumières ; Mesdames et Messieurs ; Distingués invités ; Mes très chers compatriotes, J’aimerais, en prélude de mon allocution, rendre grâce à Dieu, Maître des temps et des circonstances, Protecteur Suprême de la République Démocratique du Congo, qui a permis notre présence en ce cadre du Stade des Martyrs de la Pentecôte ; lieu symbolique choisi, ce 20ème jour du mois de janvier 2024, pour abriter cette cérémonie solennelle de mon investiture en qualité de Président de la République. A nos hôtes venus nombreux, je voudrais dire que votre présence à cette cérémonie historique témoigne de votre appréciation de l’immense bond en avant que vient d’effectuer le peuple congolais sur le long chemin vers l’exercice souverain de la démocratie. Bien plus, votre présence en ces lieux, reflète autant l’amitié que le soutien et l’intérêt que vos pays et vous-mêmes portez à la République Démocratique du Congo et à son peuple. Revenant sur cet exercice souverain et démocratique, je voudrais particulièrement exprimer, au nom du peuple congolais et au mien propre, mes sincères remerciements aux Nations Unies à travers sa Mission de stabilisation pour la République Démocratique du Congo, de même que la République arabe d’Égypte ainsi que les républiques voisines du Congo et d’Angola pour l’appui logistique fourni, à la Commission Électorale Nationale Indépendante, dans les dernières semaines précédant la tenue des scrutins. Je ne pourrais également omettre de saluer et de rendre un hommage appuyé à la mémoire de nos héros, de tous nos compatriotes tombés sur le champ d’honneur, ainsi que celui de toutes les victimes de la barbarie de nos agresseurs pour que vive la République Démocratique du Congo dont nous sommes aujourd’hui bénéficiaires. Par reconnaissance au sacrifice de nos héros et de nos martyrs, je vous prie de vous lever et d’observer un moment de recueillement en leur mémoire... Je vous remercie. Excellences Mesdames et Messieurs, Distingués invités, Face à ses responsabilités et devant son Histoire, le Peuple congolais, a posé, le 20 décembre 2023, par l’exercice de son droit de vote, un acte à la triple symbolique. En effet, le 20 décembre, le Peuple congolais a clamé son amour indéfectible pour notre cher et beau pays ; il a réitéré son profond attachement à la Démocratie et aux valeurs républicaines qui le transcendent ; tout comme il a préservé, par cet acte, l’héritage nous légué par nos Pères fondateurs dont le sacrifice consenti pour notre liberté, demeure le socle de notre Loi fondamentale. Appelé à opérer librement son choix parmi les différentes offres qui lui étaient présentées, le Peuple congolais, souverain primaire, a opté, dans sa plus grande majorité, pour la consolidation des acquis glanés du combat auquel je m’étais solennellement engagé le 24 janvier 2019, lors de ma première investiture ; celui, de : « garantir le mieux-être de chaque citoyen et citoyenne de la République Démocratique du Congo » ; de préserver leur dignité et de restaurer leur fierté d’appartenir, en tout temps et en tout lieu, à notre chère et belle Nation. Le Peuple congolais m’a renouvelé sa confiance, dans la foi et la volonté que se poursuive l’émergence d’un Congo fort, ambitieux, conscient de ses potentialités et avide de progrès ; un Congo plus uni, plus fort et plus prospère. Mes chers compatriotes, Ce résultat que nous célébrons ce jour a bénéficié de plusieurs apports spécifiques, que je m’en voudrais de ne pas mettre en exergue. Ainsi, je salue chaleureusement ma famille politique et mes compagnons de lutte de l’Union Sacrée de la Nation, structure qui inclut mon parti l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social Je salue tout autant les candidats à l’élection présidentielle qui se sont désistés en ma faveur, les diverses organisations politiques alliées et celles de la Société Civile qui se sont mobilisées autour du projet que je porte pour notre Nation. Chacun a fait sa part et ma reconnaissance va à vous tous. Je saisis également cette occasion, pour accomplir mon devoir républicain, celui de saluer mes adversaires qui ont participé à l’élection présidentielle du 20 décembre 2023. Ne dit-on pas que « plus le combat est dur, plus la victoire est belle ». Vous êtes donc, Mesdames et Messieurs, une composante consubstantielle à l’événement de ce jour et vous avez, à juste titre, votre place dans la gouvernance de notre pays. En ma qualité de garant de la cohésion nationale, j’y veillerai ; au même titre que j’exhorterai au Parlement d’assurer l’effectivité du rôle de Porte-parole de l’Opposition, que cette dernière voudra bien désigner, conformément à la Constitution. Mes très chers compatriotes, Je vous ai entendu ! Et saisissant la gravité de cet instant en prenant Dieu ainsi que l’assistance à témoin ; c’est avec un immense honneur, fort de votre plébiscite et revigoré de votre confiance renouvelée, que je consens à relever cet énorme défi dont je viens d’être à nouveau investi ; celui de présider à la destinée de notre pays pour un second mandat. Chers compatriotes, J’ai appris à communier avec vous et à mieux vous connaitre dans ce qui vous anime autant que dans ce qui constitue le lot de vos principales attentes et préoccupations. J’ai conscience des attentes que peuvent susciter le chômage, la création d’opportunités d’emploi pour les jeunes, les femmes ou encore les personnes vivant avec handicap, l’autonomisation et la promotion des femmes dans notre société, de même que l’inclusion et la protection des personnes les plus vulnérables ; tout comme j’ai conscience de vos attentes relatives à l’augmentation du pouvoir d’achat, la stabilité du franc congolais, la création d’une véritable industrie qui pourra concourir à la réduction de la dépendance de notre économie aux importations, notamment celles des biens et des produits de première nécessité. Au-delà des questions relatives à l’emploi, à la cohésion nationale, à l’économie nationale et à la monnaie ; le renforcement de l’État dans sa capacité à : sécuriser la population et ses biens ; à éradiquer l’activisme terroriste et les groupes armés qui sévissent dans la partie orientale de notre pays ; à protéger avec plus d’efficacité nos frontières ; à assurer la défense ainsi que la sauvegarde des intérêts de notre pays partout où ils sont discutés, sont là autant de sujets qui aujourd’hui nourrissent vos préoccupations. Ces préoccupations, pour lesquelles des actions visibles ont été réalisées au cours du précédent mandat continueront d’être au centre de l’action gouvernementale sous mon impulsion et au moyen de ma vision. Une vision, mieux une ferme prédisposition pour l’action déclinée à travers les six (6) engagements contenus dans le projet de société que je vous ai présenté au moment de solliciter vos suffrages. Ce nouveau quinquennat aura ainsi pour objectif : • Premièrement, de créer plus d’emploi : en accélérant la promotion de l’entreprenariat notamment celui des jeunes, et au moyen d’une approche volontariste inspirée de nos réalités sociétales ; • Deuxièmement, de protéger le pouvoir d’achat des ménages : en stabilisant le niveau de l’inflation et en maîtrisant le taux de change ; • Troisièmement, d’assurer avec beaucoup plus d’efficacité la sécurité de nos populations, de notre territoire, de nos biens ainsi que la préservation de nos intérêts : au moyen d’une restructuration profonde de notre appareil de sécurité et de défense et par la poursuite du renforcement de notre diplomatie ; • Quatrièmement, de poursuivre la diversification de notre économie et d’accroître sa compétitivité : en optant pour la transformation de nos produits agricoles et miniers bruts sur notre sol ; • Cinquièmement, de garantir plus d’accès aux services de base : en veillant à l’extension des programmes tels que ceux de la Couverture Santé Universelle, de la Gratuité de l’Enseignement et du PDL 145T ; et enfin, • De renforcer l’efficacité de nos services publics. Ces engagements résument ma détermination à offrir des solutions pragmatiques par la force de la volonté et de la mobilisation des énergies de tous pour la création de plus d’emplois pour les jeunes à la sortie de la formation et pour les personnes en sous-emploi, la maîtrise du coût de la vie, et la garantie de la sécurité des citoyens où qu’ils vivent. À ces engagements s’ajoute l’épineuse question du désenclavement de nos territoires, dont la solution en termes de financement vient déjà d’être rendue possible, notamment grâce à l’affectation prochaine de fonds issus de l’enveloppe obtenue dans le cadre de la renégociation du projet SICOMINES et qui devrait atteindre un montant global de 7 milliards de dollars américains. A cette question épineuse, se posent-elles aussi celles du développement des chaînes de valeurs agricoles et de l’assainissement de nos villes ; trois défis qui constitueront les trois (3) Initiatives présidentielles prioritaires de ce nouveau mandat. Mes très chers compatriotes, L’expression de vos suffrages et le renouvellement de votre confiance à mon égard, interviennent dans une période critique de l’Histoire où de nombreux défis pèsent sur notre devenir collectif. D’abord, sur le plan national, les efforts fournis dans la sécurisation de nos concitoyens et dans la sauvegarde de notre intégrité territoriale se retrouvent mis à mal par les velléités obscures de certains États voisins, d’acteurs extérieurs ou internationaux avec la complicité lâche de certains des nôtres. En effet, nonobstant votre vigilance, le sacrifice et la bravoure de nos vaillantes Forces de Sécurité et de Défense, les menaces se veulent résilientes ; et pour beaucoup, alimentées par la trahison de certains congolais qui, sans scrupules et sans la moindre considération humaine et patriotique, s’allient à l’ennemi pour faire couler le sang de leurs propres frères et sœurs congolais. Toujours sur le plan national, se pose le défi de la sauvegarde de notre cohésion nationale qui ne peut se faire qu’au moyen du renouvellement et de la consolidation de notre « vouloir vivre collectif ». Un « vouloir vivre collectif » où seront bannis les fléaux de la haine, du tribalisme, du clanisme et de toutes les antivaleurs qui aujourd’hui minent le développement de notre pays. Bref, un « vouloir vivre collectif » comme valeur sacrée que nous léguerons entière aux générations futures. Ensuite, sur le plan international, se dresse le défi de l’intégration régionale et du développement de notre continent pour lequel notre pays, la République Démocratique du Congo a significativement contribué, et fort de son potentiel, se veut aujourd’hui plus qu’hier un acteur incontournable, mieux un catalyseur. Enfin, se pose-t-il le défi du réchauffement climatique pour lequel notre pays se veut être une solution, au regard de ses potentialités naturelles, qui ne sont plus à présenter ; tout comme le défi collectif, de la préservation de notre existence commune face aux idéologies du chaos et à la folie meurtrière qui n’épargnent aucune nation ni aucun pays. Chers compatriotes, Je mesure l’ampleur de la tâche qui m’attend ainsi que toute la portée des attentes légitimes qu’évoque cet ultime mandat, dans l’esprit de chaque Congolaise et de chaque Congolais. J’ai, cependant, la certitude que par votre concours et interpellés par ce devoir patriotique qui consiste à rassembler toutes nos forces et nos intelligences, nous serons capables de combler ces attentes et de relever le défi d’assurer la destinée de notre pays. Mes très chers compatriotes, Nous y sommes ! Par cette cérémonie solennelle d’investiture, je reprends donc le bâton de commandement que vous m’aviez confié, avec la détermination de maintenir allumé le feu sacré de notre Nation. À présent, il s’agit pour nous de transformer, durant les cinq prochaines années, les prouesses que nous avons réalisées et de parachever l’avènement d’un Congo plus uni, mieux sécurisé et plus prospère. Il s’agit désormais, pour nous, de rester mobilisés et soudés dans notre lutte contre l’insécurité et la pauvreté, nos seuls et réels ennemis. Il s’agit à présent, pour la Nation, de croire aujourd’hui plus qu’avant, en notre communauté de destin et d’y travailler de manière beaucoup plus harmonieuse ; tout en veillant à ne pas laisser émerger, ni triompher, et en s’assurant à ce qu’ils soient poursuivis dans leur dernier retranchement et qu’ils subissent la rigueur de la Loi, toutes celles et ceux qui ont choisi ou qui seront tentés d’emprunter la voie de l’ignominie et de la barbarie. Tirant les leçons de l’expérience passée et ayant à l’esprit vos aspirations exprimées, je m’engage à user de tout ce qui est en mon pouvoir pour que les erreurs du passé ne se reproduisent plus et pour que les actions nécessaires à l’avancement de notre pays soient promptement prises. C’est à cela que j’engagerai le Gouvernement qui sera formé, une fois la majorité dégagée. D’ores et déjà, j’appelle tous les animateurs des institutions publiques, à quelque échelon que ce soit, toutes les citoyennes et tous les citoyens à un sens élevé de patriotisme, afin que notre rêve commun à tous, de voir notre Congo dans toute sa splendeur devienne une réalité. Mes très chers compatriotes, Désormais investi de la charge suprême de la République, je me tiens en ces lieux pour sceller, avec vous, ce nouveau contrat marqué du sceau de vos sacrifices, de vos aspirations, de votre vitalité et de votre clairvoyance. Aujourd’hui plus que jamais, vous avez démontré à la face du monde, par la force de votre dignité, de votre courage, de votre résilience, de votre vigilance et de la lueur de la flamme patriotique qui jaillit en vous, qu’un Congo transfiguré est né. Excellences Messieurs les Chefs d’État et de Gouvernement ; Excellences Mesdames et Messieurs les Représentants des Chefs d’État et de Gouvernement ; Honorable Président de l’Assemblée Nationale ; Honorable Président du Sénat ; Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ; Monsieur le Président de la Cour Constitutionnelle ; Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation ; Madame la Première Présidente du Conseil d’État ; Honorables Députés et Sénateurs, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques et Représentants des Organisations du Système des Nations Unies, Mesdames et Messieurs les Présidents des regroupements et partis politiques ; Mesdames et Messieurs les représentants des organisations syndicales et Confessions religieuses ; Autorités locales et coutumières ; Mesdames et Messieurs ; Distingués invités ; Mes très chers compatriotes, Aujourd’hui, une nouvelle ère est née ! Une ère de maturité incarnée par les valeurs républicaines de paix et de justice ; Une ère de progrès, débarrassée de ce qui jadis nous minait ; Une ère magnifiée par le labeur, l’action juste et consciencieuse des filles et fils de notre Mère-Patrie ; Une ère transcendée par le serment renouvelé de ne jamais trahir le Congo et son peuple, et de propulser plus haut l’étendard de notre chère et belle Nation ; Enfin, l’ère du renouveau, lancée par un quinquennat que rien ne détournera de sa volonté de réaliser une République Démocratique du Congo, plus unie, plus en sécurité et plus prospère, pour la postérité. Que vive la démocratie ! Que vive le Peuple Congolais ! Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo, son Peuple et tous ceux qui l’ont choisie comme pays de résidence ! Je vous remercie.
Voir l'article
26/07/2023
ACP Congo

La RDC choisie pour représenter l’Afrique Centrale au sein de l’OEACP

Bruxelles, 24 juillet 2023. La 116ème Session du Conseil des Ministres de l’Organisation des Etats d’Afrique, Caraïbes et Pacifique, OEACP, s’est tenue du 19 au 21 juillet à Bruxelles. Au cours de ces assises, les ministres ou leurs délégués ont échangé sur certaines questions transversales d’intérêt commun et examiné un corpus de projet portant décisions et autres résolutions qu’ils avaient amandé avant validation. Il appert que dans les discussions, les ministres se sont accordés pour élever la RDC en qualité de représentante de l’Afrique Centrale auprès de l’OEACP. Pendant un an, la mission de la RDC consistera à organiser et présider les réunions des Ministres de la Sous-région membres de l’organisation ; et porter sur l’agenda différents sujets qui touchent à la coopération interétatique. C’est une opportunité, en plus, pour le pays de faire entendre sa voix à l’international en prenant des initiatives idoines et ainsi, la RDC pèsera également sur les décisions importantes qui sont prises dans certains espaces d’échanges internationaux.
Voir l'article
20/07/2023
AmbaRDC

Communiqué de presse : Fausses accusations portées à l’encontre du Président Félix Tshisekedi

Une vidéo circule sur les réseaux sociaux depuis le jeudi 13 juillet 2023 épinglant les déclarations que le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a faites au Stade Kashala Bonzola de Mbuji-Mayi le dimanche 25 juin 2023 à l'occasion de la célébration des 25 ans de l'apostolat du Mgr Emmanuel-Bernard Kasanda, l'Evêque du diocèse de Mbuji-Mavi.
Voir l'article
07/07/2023
ACP Congo

Visite officielle du Président sud-africain à Kinshasa axée sur la coopération économique RDC-RSA

Kinshasa, 05 juillet (ACP).-Le Président sud-africain Cyril Ramaphosa est arrivé mercredi à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, pour une visite officielle de deux jours, dans le cadre d’une coopération économique entre la RDC et son pays, a appris l’ACP de la Présidence congolaise.  « Le Président Cyril Ramaphosa est arrivé ce soir à Kinshasa en RDC, pour une visite officielle de deux jours axée sur la coopération économique entre la RDC et l’Afrique du Sud », a indiquéla Présidencecongolaise dans un tweet, signalant que plusieurs protocoles d’accord devraient être signés dans ce cadre.
Voir l'article
31/05/2023
ACP Congo

Chine : après Mobutu, 21 coups de canon tirés à l’honneur du président Tshisekedi

Beijing, 26 mai 2023 (ACP).- Vingt et un coups de canon ont été tirés  à l’honneur du président Félix Tshisekedi, vendredi à Pékin, en Chine, où le chef de l’État de la République démocratique du Congo est en visite d’Etat, plusieurs décennies après l’ex-président Mobutu, a constaté une équipe de l’ACP.

« La cérémonie était grandiose comme à l’époque, lorsque le président Mobutu avait effectué une visite d’Etat ici, en Chine », a commenté Patrick Muyaya, ministre congolais de la Communication et Médias présent à Pékin, à propos des coups de canon tirés pendant que le président de la RDC était reçu par son homologue Xi Jinping, au Grand palais de Pékin.

Voir l'article
20/04/2023
Surveillance

Le DG de LMC Jean-Claude Mukendi Mbiyamuenza en mission de travail dans la Direction Régionale SUD

Accompagné de plusieurs directeurs, le Directeur Général de LMC, Jean-Claude Mukendi Mbiyamuenza conduit, depuis le mardi 17 avril 2023, une forte délégation dans l’espace Katanga pour une mission de service. Cette visite de travail dans la Direction Régionale Sud ira après l’étape de Lubumbashi à Kolwezi dans le Lualaba et à Kalemie dans le Tanganyika.
Voir l'article
13/04/2023
ACP Congo

La dépouille d’Albert Ndele sera rapatriée en RDC

Bruxelles, 6 avril 2023 (ACP).– La dépouille d’Albert Ndele, premier gouverneur de la Banque centrale du Congo, décédé en Belgique le 1er avril, sera rapatriée prochainement à Kinshasa, en République démocratique du Congo, a appris l’ACP jeudi de source familiale. « La dépouille de Papa Ndele, qui devait être inhumée dans le cimetière de Wavre, sera finalement rapatriée en RDC pour des honneurs dus à l’illustre disparu, sur décision des autorités congolaises », a déclaré un membre de la famille après l’office religieux célébré à la basilique Notre-Dame de la Basse-Wavre, à Wavre dans le Brabant wallon.
Voir l'article

République Démocratique du Congo

Commisssion Electorale Nationale Indépendante

CENI

Conformément au Calendrier du processus électoral 2022-2027, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) porte à la connaissance des Congolais résidant en Afrique du Sud, en Belgique et en France que l’opération de l’identification et de I’enrôlement des électeurs commence ce 25 janvier 2023.

Les Centres d’inscription (Cl) sont implantés au sein des Ambassades de la République Démocratique du Congo dans chaque pays indiqué ci-haut.

Pendant toute la durée de ladite opération, les Cl seront ouverts de mardi à dimanche, de 9h à 17h, heures locales.

Pour participer à cette opération, les Congolaises et Congolais résidant dans les trois pays précités doivent présenter l’une des pièces suivantes : un passeport congolais en cours de validité ou une carte consulaire. Chacune de ces deux pièces est présentée cumulativement avec soit une carte ou attestation de résidence, soit avec une carte de séjour en cours de validité.

Chaque requérant devra disposer des informations utiles sur son identité et sur ses origines.

Les procédures de I’identification et de l’enrôlement des électeurs exigent la présence physique du requérant au Centre d’inscription pour la capture de sa photo, le prélèvement de ses empreintes digitales et de l’iris.

L’inscription des électeurs au pays et à l’étranger est gratuite.

Fait à Kinshasa, le 22 janvier 2023

Patricia NSEYA MULELA, Rapporteur